• Etape 1 : passez de l’idée au projet

     Vous désirez reprendre une entreprise et lancer votre activité dans le Morbihan ?

    Vérifiez la pertinence de votre idée avant d’investir de l’argent et du temps. Assurez-vous que votre projet présente de vraies chances de viabilité économique. Cette réflexion devra être basée sur des éléments tangibles et vous permettra de vérifier la cohérence entre les exigences du projet et vos objectifs, votre motivation, vos compétences et expériences.

     Déterminer les composantes de votre projet de reprise d’entreprise :

    • Quels seront vos produits/services ?
    • Vos clients potentiels seront dans le Morbihan, en France, ailleurs ?
    • Quel(s) mode(s) de vente adopter ?
    • Quels sont ses points forts ?
    • Quels sont ses points faibles ?

     Identifier vos motivations et vos atouts personnels pour lancer votre activité dans les meilleures conditions

    • Quelles sont les raisons majeures qui vous poussent vers ce choix ?
    • Sont-elles compatibles avec votre projet, avec votre vie personnelle ?
    • Quels sont les principaux traits de votre personnalité susceptibles d’influer sur l’adéquation avec votre projet de reprise d’entreprise.

     Analyser vos compétences et expériences :

    • Quels sont vos compétences, votre savoir-faire résultant de votre formation, vos différentes pratiques professionnelles et extra-professionnelles ?
    • Les résultats intègrent-ils la technique, le commercial et la gestion indispensables à la réussite de votre projet de reprise d’entreprise ?
    • Vous manque-t-il des compétences ?
    • Avez-vous besoin de formations préalables ?
    • De quel(s) réseau(x) disposez-vous dans le Morbihan ? Et/ou devez-vous rechercher des partenaires ou collaborateurs ?

    Ce bilan personnel vous conduira à identifier des points de progrès et de ce fait à engager éventuellement des formations et à vous entourer de compétences.

     Se fixer des objectifs réalisables

    • Quel est votre objectif de développement pour votre future affaire ?
    • Comment dimensionner votre projet de reprise d’entreprise en fonction de cet objectif et du ratio temps/revenus escomptés ?
    • Mon apport personnel est il en rapport avec la surface financière de « la cible »
    • Quel est votre objectif à 5 ans : travailler seul ? Manager une équipe ? Avoir un revenu d’appoint ? Développer l’activité et devenir un leader sur le territoire ? Gagner en indépendance et disponibilité ?

    PRENEZ CONTACT AVEC LES STRUCTURES D’ACCOMPAGNEMENT
    POUR VOUS AIDER DANS LE MONTAGE DE VOTRE PROJET !

  • Etape 2 : bâtissez votre projet

     Ciblez un type d’entreprise à reprendre

    La définition de votre projet personnel doit vous permettre de déterminer un certain nombre de critères concernant l’entreprise à rechercher. Couchez ces critères sur le papier, à savoir :

    • l’activité souhaitée,
    • la localisation de l’entreprise,
    • ses potentialités,
    • sa taille,
    • la fourchette de prix de cession,
    • les modalités de la reprise.

    Trouver une entreprise à reprendre

    plusieurs solutions :

    • activer votre réseau familial, amical et professionnel,
    • vous adresser aux intermédiaires de la reprise d’entreprise,
    • consulter les bulletins d’opportunité et les sites internet spécialisés
    • prospecter en direct les entreprises se situant dans le profil recherché.

    Créez votre réseau de repreneur

    Outre votre réseau personnel et professionnel, inscrivez-vous à des clubs de repreneurs, suivez des formations dédiées à la reprise et participez aux salons, forums et réunions consacrés à la reprise d’entreprise.

    Allez sur le net : N’hésitez pas à consulter les sites dédiés à la reprise d’entreprise :
    www.reprendre-bretagne.fr site dédié à la reprise d’entreprises sur la Bretagne (56-35-22-29)
    www.bnoa.net

    Partez à la chasse aux informations

    auprès de votre CCI ou CMA, des fédérations professionnelles, des cabinets d’affaires, des mandataires judiciaires… Approfondissez l’étude des entreprises, selon le degré d’intérêt qu’elles ont pour vous.

    Diagnostiquer et évaluer l’entreprise

    Procéder à des diagnostics pour conforter ou non la décision de reprise « de cette entreprise en particulier » en écartant les autres choix. Le diagnostic permet de s’informer progressivement sur l’entreprise, de rassembler les informations vous permettant d’obtenir une vision à  360° de l’entreprise.

    Il existe plusieurs diagnostics :

    • Le diagnostic sur les produits, le marché, la concurrence, la stratégie de l’entreprise
    • Le diagnostic sur les ressources humaines
    • Le diagnostic comptable
    • Le diagnostic juridique
    • Le diagnostic des moyens de production

    Monter son plan de reprise

    Avez-vous réalisé un business plan ? le business plan sera l’outil de dialogue avec les financeurs que vous rencontrerez dans le cadre du financement de votre projet. Ce document ne s’arrête pas aux données financières mais intègre également :

    • Votre présentation personnelle et professionnelle
    • Votre projet de reprise (modalités de rachat – conditions de transmission cédant-repreneur) et votre stratégie de développement,
    • Une présentation générale de l’entreprise à reprendre (Ses produits/services – son marché  – son environnement – ses atouts et ses faiblesses)
    • Une présentation économique et financière de l’entreprise à reprendre
    • Un dossier économique et financier prévisionnel à trois ans.

    L’expert-comptable qui est un prestataire incontournable même s’il n’est pas obligatoire. Les critères de choix sont principalement liés au contenu de la lettre de mission qui va préciser les conditions d’intervention.

    Identifier les sources de financement

    démarcher les organismes bancaires

    Votre étude financière a permis d’identifier un besoin de prêts bancaires ? Vous devez dès à présent contacter des organismes bancaires en vue notamment de l’obtention de crédits et l’ouverture d’un compte bancaire.

    Le banquier qui va être d’abord sollicité si un financement bancaire est nécessaire pour le démarrage et ensuite conservé si l’accord a été obtenu. Les principaux critères de choix seront liés au :

    • Montant, à la durée et au coût des financements accordés,
    • Niveau des garanties exigées le cas échéant « Ma banque est-elle la plus à même de m’aider à reprendre mon entreprise ? ». A ce niveau, si la démarche commence souvent par sa propre banque, il est important de confronter les propositions de 3 ou 4 autres banques.

    Rechercher les aides financières

    Un dossier de présentation de votre projet vous servira non seulement à solliciter des prêts mais également  à solliciter les éventuelles aides à la création d’entreprise. Les financeurs potentiels sont l’Etat, la Région, le Département ou encore les associations économiques locales. Pour les connaitre, contacter les structures d’accompagnement qui vous conseillerons sur les critères de recevabilité, la nature des aides et la procédure.

    Définir les modalités de reprise

    • rachat de fonds : en nom propre (entreprise individuelle) ou de créer une société à responsabilité limitée qui procédera à l’acquisition du fonds de commerce.
    • rachat de titres, en direct ou via une holding.
    • rachat d’immobilier d’entreprise doit intégrer votre situation personnelle et patrimoniale

    Choisir le statut juridique de votre entreprise

    Choisissez une forme juridique adaptée à votre projet. A chaque statut juridique, des avantages, des inconvénients, des règles. Il n’y a pas de bon statut juridique mais un statut adapté à un projet.  Par ailleurs, le choix d’un statut  a un impact sur le régime fiscal, social et niveau de responsabilité.  Les bonnes questions à se poser pour ne pas se tromper dans ses choix :

    • Quelle est la nature de l’activité exercée ?
    • Quels sont les niveaux de risques ?
    • Existe-t-il un patrimoine privé à protéger ou à transmettre ?
    • Quel est le statut social et le régime d’imposition applicables ?

    N’hésitez pas à vous rapprocher de conseils spécialisés

  • Etape 3 : démarrez votre entreprise

    Devenir chef d’entreprise nécessite d’avoir validé plusieurs aspects en amont :

    • La NATURE DE VOTRE ACTIVITE : artisanale, commerciale, industrielle, agricole, libérale,
    • L’obligation de QUALIFICATION PROFESSIONNELLE liée à certaines activités,
    • L’obligation de suivi d’UN STAGE DE PREPARATION A L’INSTALLATION liée à certaines activités,
    • Les diverses OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES liées à votre activité (hygiène, santé et de protection des consommateurs, sécurité et d’accessibilité de vos locaux, prix et pratiques commerciales, environnement,….)

    POUR L’IMMATRICULATION DE VOTRE ENTREPRISE
    PRENEZ CONTACT AVEC LE CENTRE DE FORMALITES DES ENTREPRISES (CFE)
    de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Morbihan
    ou de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Morbihan
    ou de la Chambre d’Agriculture du Morbihan
    ou de l’URSSAF (si professions libérales)
    en fonction de la nature d’activité de votre entreprise

  • Etape 4 : assurer les premiers pas de son entreprise

     Contrôler la montée en régime de votre entreprise, en observant un certain nombre de principes de gestion :

    • limiter les frais fixes,
    • maintenir un bon niveau de fonds de roulement
    • avoir une parfaite connaissance des prix de revient,
    • surveiller les postes clients et fournisseurs, les stocks et les investissements,
    • vérifier l’application de sa politique commerciale

     Surveiller les points clés

    Ces points clés peuvent être internes au projet (réalisation des prévisions par exemple) ou liés à l’évolution de l’environnement (marché par exemple). Pour les identifier, il faut pouvoir répondre à deux questions :

    – Quels facteurs absolument indispensables à la réussite future faut-il surveiller ? Il s’agit des points forts essentiels, des facteurs clés de succès.

    – A quelles causes éventuelles d’échec (point faibles) faut-il être particulièrement attentif ?

     Contrôler en permanence la réalisation des prévisions

    par des outils de gestion adaptés tels que le plan de trésorerie et le tableau de bord.

    Si le suivi doit être impérativement assuré par le vous même, l’expert-comptable et les structures d’accompagnement peuvent vous aider dans la mise en place.

    Intégrer des réseaux

    pour rencontrer et échanger avec d’autres chefs d’entreprises qui sont confrontés à des problématiques similaires aux vôtres et trouver ensemble des solutions.

     Continuer à se former

    pour développer en permanence les performances de l’entreprise. Les compétences doivent en effet se maintenir à un bon niveau tant sur le plan technique que sur le plan de la gestion de l’entreprise qui intègre les aspects commerciaux, humains, comptables et financiers. Si la polyvalence des fonctions reste un des atouts du métier de chef d’entreprise, il n’en reste pas moins une contrainte que la formation peut aider à lever.

    PRENEZ CONTACT AVEC LES STRUCTURES D’ACCOMPAGNEMENT
    POUR VOUS AIDER DANS LE SUIVI DE VOTRE ENTREPRISE !